Droit de préemption

À jour en Octobre 2017

Écrit par les experts Ooreka
droit-preemption

Le droit de préemption est un droit qui permet d'acheter un bien immobilier en priorité sur les autres acquéreurs potentiels. Ce droit de préemption peut être exercé par le locataire, mais aussi dans certains cas par les personnes publiques.

Droit de préemption du locataire

Congé pour vente

Le locataire d'un logement loué vide (sous le régime de la loi n° 89-462 du 6 juillet 1989) dispose sous certaines conditions d'un droit de préemption en cas de vente du bien qu'il occupe.

Cela signifie qu'il peut se porter acquéreur, en priorité, du bien immobilier qu'il occupe en tant que locataire. 

Le bailleur qui souhaite donner congé pour vendre le logement adresse un congé pour vente à son locataire.

Ce congé ne peut être adressé que pour la fin du contrat, à la date anniversaire de sa signature (au bout de 3 ans). L'acte est notifié par acte d'huissier, lettre recommandée avec accusé de réception ou remis en mains propres contre récépissé. Le locataire doit le recevoir au moins 6 mois avant la date de fin du contrat de location.

Le congé doit porter la mention « vente ». Il est accompagné en pratique de la reproduction des dispositions de l'article 15 de la loi n° 89-462 du 6 juillet 1989.

L'acte doit préciser le prix de vente du bien immobilier ainsi qu'une description du logement et des annexes vendus. Le prix proposé par le bailleur doit être équivalent ou proche de la valeur du bien immobilier sur le marché.

Bon à savoir : les mentions informant le locataire des conditions de la vente sont exigées à peine de nullité du congé.

Ce congé vaut offre de vente au profit du locataire en vertu de son droit de préemption.

Possibilités offertes au locataire

Le locataire dispose alors de la possibilité de « préempter » le bien immobilier : il peut se porter acquéreur de celui-ci, en priorité.

Il dispose d'un délai de 2 mois à compter de la réception du congé pour faire connaître sa décision. Deux solutions sont alors possibles :

  • soit le locataire accepte d'acheter. Il se porte acquéreur du bien immobilier aux conditions fixées par le bailleur.

Il doit faire connaître sa décision au bailleur par lettre recommandée avec accusé de réception (dans le délai de 2 mois à compter de la notification du congé). Un nouveau délai s'ouvre ensuite pour la signature effective de l'acte de vente : 2 mois (cas simple) ou 4 mois s'il recourt à un prêt immobilier.

À noter : à défaut de signature sous ce délai, l'acceptation de l'offre de vente par le locataire est nulle de plein droit.

  • soit le locataire refuse de se porter acquéreur du bien (ou ne répond pas sous le délai de 2 mois prévu).

Il est alors réputé renoncer à son droit de préemption et devra quitter son logement à la date de fin du bail. Le bailleur est alors libre de vendre son bien immobilier à un tiers.

Bon à savoir : un droit de préemption existe également sous certaines conditions au profit des locataires dont le logement fait l'objet d'un congé pour vente à la découpe ou d'une vente en bloc. 

Droit de préemption des personnes publiques

Principes

Le droit de préemption qui existe au bénéfice du locataire n'est pas le seul. Il existe également un droit de préemption urbain.

Ce droit peut être exercé par les personnes publiques :

  • communes ;
  • collectivités territoriales ;
  • État ;
  • établissements publics, etc.

Ces personnes ne peuvent cependant exercer leur droit de préemption que pour les biens immobiliers situés dans une zone définie et pour y réaliser une opération d'aménagement urbain d'intérêt général.

Exemple : une commune peut préempter un immeuble en vente afin d'y créer des logements sociaux.

La personne publique peut faire valoir son droit de préemption sur des biens immobiliers appartenant à des personnes morales (sociétés, entreprises) mais aussi physiques (un particulier). 

Il peut donc être question d'un appartement, d'une maison ou d'un bâtiment entier. 

Démarches du propriétaire

Le propriétaire qui souhaite vendre son bien immobilier doit effectuer une recherche auprès de sa mairie, par lui-même ou par l'intermédiaire de son notaire, afin de vérifier que son bien ne se situe pas sur une zone de préemption. 

Si le bien est situé en zone de préemption, il doit alors remplir une déclaration d'intention d'aliéner (DIA). Il s'agit d'un document CERFA spécifique (n° 10072*02) à compléter. Il est à adresser à la personne publique bénéficiaire du droit de préemption avec pièces justificatives.

La réponse de la personne publique

À réception de la DIA, celle-ci peut :

  • décider expressément de ne pas se porter acquéreur du bien ;
  • se porter acquéreur dans les conditions prévues par la DIA (acceptation sans réserves) ;
  • se porter acquéreur du bien immobilier, en tentant une renégociation des conditions de vente (acceptation avec réserves).

Bon à savoir : la personne publique est réputée renoncer à la préemption dès lors qu'elle ne répond pas dans un délai de 2 mois à compter de la réception de la DIA.

Entrez en contact direct avec des professionnels afin d'obtenir un devis personnalisé.

Demander un devis gratuit

Pour aller plus loin



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !