Surface habitable loi Alur

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2021

Sommaire

La loi Alur est venue encadrer de manière plus rigoureuse les rapports entre les locataires et les bailleurs. Elle concerne notamment la surface habitable, qui est une composante essentielle du contrat de location. Le point maintenant.

Surface habitable : ce que dit la loi Alur

Principe général

La loi Alur impose aux propriétaires de communiquer la surface habitable de leur logement lors de la signature du contrat de location.

La surface habitable, c'est la superficie de toutes les pièces qui composent le bien immobilier. L'objectif premier de ce diagnostic est donc de garantir aux locataires la superficie du logement qu'ils louent.

Champ d'application

La loi Alur s'applique à tous les baux conclus depuis le 27 mars 2014. L'attestation de surface habitable est obligatoire pour les biens immobiliers loués vides ou meublés et à usage d'habitation principale et pour la vente de logement en copropriété.

Ce diagnostic doit être réalisé au moment de la signature du bail et sa durée est illimitée, sauf si des travaux viennent modifier la superficie du bien.

Calcul de la surface habitable loi Alur

La surface habitable, exprimée en mètres carrés, sert à donner une valeur au bien.

Font partie intégrante de la surface habitable :

  • les pièces principales de plus de 8 mètre carrés hors pièces d'eau ;
  • les pièces de moins de 8 mètres carrés (bureau, buanderie, débarras, placard) ;
  • les pièces d'eau ;
  • les combles aménagés.

Alors surface habitable = doublon du métrage Carrez ? Non pour au moins 2 raisons :

  • les méthodes de calcul sont différentes ;
  • la superficie Carrez englobe des parties non habitables de type combles non aménagés.

Surface habitable loi Alur : les sanctions

Le véritable apport de la loi Alur est la sanction en cas d'erreur de métrage. Comme pour la loi Carrez, si la surface réelle est inférieure à plus de un vingtième à celle mentionnée dans le contrat, le locataire peut demander, amiablement ou judiciairement, à son bailleur une diminution du loyer « proportionnelle à l'écart constaté ».

Quid si la mention de la surface habitable n'est même pas mentionnée dans le contrat de location ? Le locataire peut demander une diminution du loyer, et si le propriétaire ne se manifeste pas dans le délai qui lui est imparti, le locataire a 3 mois pour saisir la juridiction compétente.

Si la demande en diminution du loyer intervient plus de 6 mois après la prise d'effet du bail, la diminution de loyer (acceptée par le vendeur ou prononcée par le juge) prendra effet à la date de cette demande.

Pour en savoir plus :

  • Vous êtes propriétaire et vous souhaitez mettre votre bien en location ? Il existe certaines clés pour être sûr de trouver un locataire fiable.
  • Toutes les infos sur la loi Alur sur notre page dédiée.
  • Que vous soyez bailleur ou locataire d'un bien immobilier, vous devez connaître vos droits et vos devoirs concernant la résiliation de votre bail.
Location immobilière

Location immobilière : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles pour gérer sa location : loyer, bail...
  • Les obligations du propriétaire et du locataire
Télécharger Mon Guide

Aussi dans la rubrique :

Chercher sa location

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider